CIRCUIT DU GREFFIER BARBICHO

Départ : Office de Tourisme – Place du Champ de foire
Arrivée : place Saint-Just
Difficulté : aucune
Durée : 1h30 à pied

Découvrez les principaux monuments de Decize, en suivant le circuit historique du Greffier Barbicho.
Celui-ci est matérialisé au sol par des flèches à l’effigie de la mascotte du territoire.

Plan de visite disponible à l’Office de Tourisme ou à télécharger ici

L’ouverture au public des ruines du château et galeries souterraines, de la crypte de l’église, et de la salle Olga Olby n’est possible que lors de visites guidées à thème organisées en juillet/août.
2021 : en raison d’un incident, l’église et la crypte de l’église Saint-Aré sont fermées jusqu’à nouvel ordre.


En sortant de l’Office de Tourisme, sur votre droite s’étend la Promenade des Halles

1- Promenade des Halles

Allée de platanes et de tilleuls (unique en Europe), plantée à partir de 1771. Elle s’étend sur une longueur de 985 mètres et est classée à l’Inventaire des Monuments Historiques depuis 1932.
Son nom vient du mot « Halles » en vieux français, signifiant « terres hâlées, desséchées, brûlées par le soleil ».

Rejoignez la rue des fossés en traversant le parking et le passage piétons situé entre les deux banques.

2-3- Ravelin et Échauguette de la Croix Voisin

Le ravelin est un type de fortification bastionné en forme de « V ».
Élevé à la fin du 16ème siècle, il est serti d’une échauguette qui servait de tour de guet.

Continuez votre chemin en longeant les parkings pour rejoindre les Tours.

4- Les Tours

Elles constituent les derniers vestiges de l’enceinte de Decize érigée en 1194 par Pierre de Courtenay, Comte de Nevers.
Elles sont situées le long d’anciens fossés alimentés par la Loire et remblayés au fil du temps.

Montez les escaliers à côté des Tours pour atteindre la Place du Général de Gaulle.
Prenez la rue Maréchal Foch jusqu’au premier carrefour et tournez à droite par la rue du Marquis d’Ancre.

5- Porte du Marquis d’Ancre

Construite par Pierre de Courtenay puis remaniée en 1468, il s’agit de la dernière porte monumentale à pont-levis de l’enceinte fortifiée de Decize.
Elle matérialisait autrefois l’entrée de la ville.


Remontez la rue du Marquis d’Ancre puis, à droite, prenez la rue Jean Jacques Rousseau pour atteindre l’église Saint-Aré.

6- Église Saint‑Aré et sa crypte

L’église paroissiale est dédiée à Saint-Aré, évêque de Nevers de 548 à 558.
Selon ses dernières volontés et pour déterminer le lieu de sa sépulture, à sa mort son corps fût déposé dans une barque. Contre toute attente, la barque remonta la Loire depuis Nevers jusqu’à Decize, où le Saint fût inhumé.
L’église construite au 11ème siècle a été remaniée au 17ème et au 19ème siècles.
De l’édifice roman, seul subsiste le chœur abritant la crypte bâtie au 7ème siècle en l’honneur de Saint-Aré (2021 : suite à un incident, l’église et la crypte sont fermées jusqu’à nouvel ordre).

En sortant de l’église rejoignez la place Guy Coquille (Place de la Mairie) où se dresse une tour.

7- Tour de l’Horloge ou Tour Guy Coquille

Cette tour de 33 mètres de haut, érigée en 1848, abrite 3 cloches dont la plus grosse fondue en 1622, pèse environ 1300 kg.
La statue de Guy Coquille (1523-1603) a été placée dans une de ses niches. Ce dernier était avocat, conseiller des Ducs de Nevers et procureur général du Nivernais.

Descendez la rue de la République, puis tournez à droite dans les escaliers de la rue Marguerite Monnot. Plus haut, sur votre gauche se trouve l’ancien Couvent des Minimes.

8 – Ancien Couvent des Minimes – Salle Olga Olby

A la place de l’actuelle Salle Olga Olby et de ses bâtiments voisins s’élevait en 1026 le prieuré Saint-Pierre, édifié par les Moines Bénédictins de l’Abbaye de Saint Germain d’Auxerre.

Le prieuré décline à la fin du 15ème siècle, et est cédé en 1621 aux Pères Minimes.

En 1629, les Minimes construisent les locaux et le cloître avec façade en pierre de taille, tels qu’ils existent actuellement. Le cloître est fermé au public excepté pour les Journées du Patrimoine.

L’ancienne église qui sert de salle d’expositions, de concerts etc. porte le nom d’Olga Olby (1900-1990), peintre russe qui a fait don de ses œuvres à la ville de Decize.

Continuez votre chemin par cette même rue pour découvrir la maison natale de Marguerite Monnot.

9- Maison natale de Marguerite Monnot

Née à Decize le 28 mai 1903, elle se révèle très tôt être une excellente musicienne.

Pianiste et violoniste précoce, elle créait ses propres compositions dès l’âge de cinq ans.
Destinée à la musique classique par ses parents, Marguerite Monnot s’orienta vers la variété, la chanson, les musiques de films, les comédies musicales. Pour Edith Piaf, elle a composé la musique d’une cinquantaine de chansons, parmi lesquelles : Milord, l’Hymne à l’Amour, Mon légionnaire…

Descendez la rue du grenier à sel puis, la rue Saint-Just pour rejoindre la place qui lui est dédiée.

10- Place Saint-Just

Cette place est dédiée à Louis-Antoine de Saint-Just, né à Decize le 25 août 1767. Il n’a vécu dans le Nivernais que les huit premières années de sa vie.

Élu député à Soissons en 1792, il a effectué une carrière politique fulgurante.

Devenu l’un des membres les plus influents du Comité de salut public, Saint-Just fut chargé de réorganiser les armées du Nord et de l’Est.

Responsable de la Terreur, il suivit Robespierre, Lebas et Couthon sur l’échafaud le 10 thermidor An II (28-07-1794).

Son buste, sculpté par Pierre Peignot, se loge sur la façade d’une maison de la place qui porte son nom.

11- Pont de la Vieille Loire

Entre le 16ème et 18ème siècle un vieux pont de pierre en très mauvais état existait en lieu et place de l’actuel. Des passerelles en bois remplaçaient même certaines arches détruites par le courant.

La première pierre de l’ouvrage a été posée le 7 octobre 1775, en présence de l’Intendant du Bourbonnais. Conçu avec onze arches pour franchir la Loire, il n’enjambe maintenant plus qu’un ancien bras du fleuve, d’où son nom de Pont de la Vieille Loire.

En effet, pour assurer le passage des bateaux d’un canal à l’autre, les Ponts et Chaussées construisirent en 1844 du côté de la Saulaie, un barrage submersible (chevrette) de 200 mètres de long qui suffit a rejeter les eaux du fleuve sur la gauche.
A partir ce moment-là, on laissa s’ensabler le bras droit.
Le saviez-vous ? 🔎
Maurice Genevoix né à Decize en 1890 était un écrivain et poète français, membre de l’Académie française.
Le 11 novembre 2020, il entre au Panthéon notamment pour son œuvre « Ceux de 14 », chef-d’œuvre de littérature et témoignage historique.